Silence... on tourne ! Depuis le premier film des frères Lumière, la fessée a enrichi le patrimoine cinématographique des réalisateurs. Fort en émotions, cet acte qui se veut punitif au départ peut prendre une connotation érotique et servir d'exutoire entre adultes consentants. De John Ford aux frères Cohen en passant par les scénaristes de tous les pays du monde, la tentation d'exposer sur l'écran blanc de nos fantasmes cet acte majeur d'amour a souvent titillé les plus grands partenaires du cinéma populaire, érotique ou X. Je vous propose de revisiter quelques-unes des fessées les plus fameuses tournées au grand vent de l'histoire du cinéma. Silence... on fesse !

lundi 16 mai 2011

Stagecoach kid (1949)

Jeff Donnell
Derrière ce garçon manqué après lequel galope Tim Holt se cache en réalité Jeff Donnell, une des plus jolies actrices américaines de l'immédiat après-guerre, douée pour la comédie. Stagecoach kid qui abrite cette scène classique pour les esthètes mais toujours agréable à visionner est un des innombrables westerns où les bons sentiments se mélangent avec un zeste d'érotisme voulu par le réalisateur. La fessée est bien filmée qui punit la désobéissance de la demoiselle pour laquelle Tim Holt se démène afin qu'elle puisse acquérir les bonnes habitudes d'une cow-girl. Las pour elle, Jessie n'en fait qu'à sa tête et on sait dès le début du film qu'elle ne va pas échapper à la sanction suprême, une fessée administrée sur le fond de son pantalon incrusté de la poussière tenace et épaisse du Far-West. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire